Parution : « Oral et écrit dans l’Antiquité orientale »

Thomas Römer, Hervé Gonzalez, Lionel Marti, Jan Rückl (éds),

Oral et écrit dans l’Antiquité orientale : les processus de rédaction et d’édition. Actes du colloque organisé par le Collège de France, Paris, les 26 et 27 mai 2016 (Orbis biblicus et orientalis 291), Leuven – Paris – Bristol, CT : Peeters, 2021, XIV-345 p.

Relié, 24,5 x 16,5 cm
ISBN: 9789042942646

La question de la place de l’oralité dans la production et la transmission des grandes traditions littéraires du Proche-Orient ancien a fait couler beaucoup d’encre au moins depuis le XIXe siècle. Alors que l’idée d’une dichotomie entre oral et écrit, avec l’hypothèse d’une première phase orale avant la mise par écrit des textes, a longtemps dominé les reconstructions historiques, les travaux récents soulignent davantage la contemporanéité de l’oral et de l’écrit dans la composition, l’édition et la transmission des textes. L’idée de contemporanéité soulève de nouvelles questions, dont celle des modes d’articulation entre oral et écrit: cette imbrication est complexe, pouvant prendre des formes variées, en fonction des contextes socio-historiques et culturels, des genres littéraires et de la fonction des textes. C’est dans le but d’approfondir la compréhension de ces articulations que le colloque «Oral et écrit dans l’Antiquité orientale: les processus de rédaction et d’édition» s’est tenu au Collège de France les 26 et 27 mai 2016. Dans une perspective comparatiste, les travaux réunis dans ce volume abordent différentes zones géographiques, périodes et corpus de textes, offrant ainsi un aperçu nuancé de la variété des interactions possibles entre l’oral et l’écrit dans le Proche-Orient ancien.

The question of the place of orality in the production and transmission of the great literary traditions of the ancient Near East has been widely discussed since at least the 19th century. While the idea of a dichotomy between orality and writing, with the hypothesis of a first oral phase preceding the writing of texts, has long dominated historical reconstructions, recent work has placed more emphasis on the contemporaneity of orality and writing in textual composition, editing and transmission. The very idea of contemporaneity raises new questions regarding the articulation between oral and written, a complex interweaving that may take various forms, depending on the socio-historical and cultural contexts, the literary genres and the function of the texts. With the aim of deepening our understanding of such articulations, the colloquium « Orality and Writing in Eastern Antiquity: The Processes of Composition and Redaction » was held at the Collège de France on May 26-27, 2016. Taking a comparative perspective, the volume addresses different geographical areas, periods, and bodies of texts, thus offering a nuanced overview of the variety of possible interactions between orality and writing in the ancient Near East.

https://www.peeters-leuven.be/detail.php?id=5625

PDF complet du livre en libre accès : https://www.peeters-leuven.be/pdf/9789042942653.pdf

Semitica 61

Semitica 61, édité par Michael Langlois sous la direction de Thomas Römer. Leuven, Peeters, 2019. 458 p.

  • Michaël Guichard. De Larsa à Mari (I) : nouvelles incantations paléo-babyloniennes. p. 5
  • William M. Schniedewind. The Gezer Calendar as an Adaptation of the Mesopotamian Lexical Tradition (Ura 1). p. 15
  • Michael Langlois. The Kings, the City and the House of David on the Mesha Stele in Light of New Imaging Techniques. p. 23
  • Anat Mendel-Geberovich & Mitka R. Golub. The Tel ʿEton Bulla: A Revised Reading and Some Onomastic Remarks. p. 49
  • Nadav Naʾaman. The Isaac Story (Genesis 26) and the Land of Gerar. p. 59
  • Jaeyoung Jeon. Egyptian Iconography and the Battle with Amalek (Exodus 17:8-16) Revisited. p. 89
  • François Bron. La collection d’antiquités sudarabiques de François Antonovich. p. 117
  • Laurent Capron. Deux fragments d’épîtres pauliniennes (1 Thess. et 1 Cor.) en araméen christopalestinien. p. 127
  • Gaby Abousamra. An Incantation Bowl from the Matenadaran. p. 139
  • Giancarlo Toloni. « Babel und Bibel ». The Scientific Work of Luigi Cagni. p. 147
  • Valérie Matoïan. Ougarit, depuis déjà 90 ans. p. 159
  • Michel al-Maqdissi. Les fouilles de Ras Shamra-Ougarit dans le contexte de la « question archéologique syrienne » durant la première décennie du mandat français (1919-1929). p. 163
  • Aurélie Carbillet & Valérie Matoïan. Les pointes de « flèches à percussion » d’Ougarit. p. 185
  • Valérie Matoïan & Bernard Geyer. La coupe RS 26.318 et la vaisselle en serpentinite d’Ougarit. p. 215
  • Corinne Lanoir. Quand les femmes apparaissent sur des ânes ; de quelques ambassades féminines à Ougarit et dans la Bible hébraïque. p. 235
  • Nicolas Jacob-Rousseau & Bernard Geyer. Habitat, bâti et aménagements ruraux dans la plaine de Ras Shamra au début du XXe siècle. p. 265
  • Papers delivered at the workshop “Memory as Capital in Iron Age Levant and Beyond” held in Paris, 23–24 February 2018
  • Sarah Lange-Weber. Shaping the Collective Memory at (Collective?) Grave Sites: The Representation of Death as a Tool for Creating Shared Memories in the Late Bronze Age and Iron Age Northern Levant. p. 295
  • Laura Battini. Consented Violence in the Collective Memory: the Lachish Case from Epigraphic and Iconographic Data. p. 337
  • Matthieu Richelle. Cultural Memory from Israel to Judah. p. 373
  • Virginia R. Herrmann. The Reuse of Orthostats and Manipulation of Memory in the Iron Age Syro-Hittite Kingdoms. p. 399
  • Tatiana Pedrazzi. The Construction of a New Collective Memory in Phoenicia as a Response to Achaemenid Power. Material Culture as an “Objectified Cultural Capital”. p. 441

Colloque « Nouvelles recherches autour de la stèle de Mésha », les 02 et 03 octobre au Collège de France

Il y a 150 ans, en 1868, un missionnaire alsacien du nom de Frederick Klein découvrit dans le pays de l’ancien Royaume de Moab, la Jordanie actuelle, une stèle en basalte noir d’une hauteur d’environ 120 cm. Cette découverte fit beaucoup de bruit et les Bédouins finirent par casser ce monument. C’est grâce à la perspicacité de Ch. Clermont-Ganneau, qui deviendra plus tard professeur au Collège de France, que cette stèle a pu être reconstruite.

À l’occasion des 150 ans de cette découverte le Collège de France, en collaboration avec le Deutscher Palästina-Verein et le Musée du Louvre organise un colloque scientifique qui mettra en valeur l’importance de cette stèle, « la reine des inscriptions ouest-sémitiques » selon Ernest Renan.

Les différentes communications qui seront présentées lors de cette rencontre retraceront d’abord l’histoire de la découverte de la stèle de Mésha et son arrivée au Louvre.

On s’interrogera ensuite sur le contenu de cette inscription, les problèmes de déchiffrement ainsi que de la datation de la stèle. Il sera également question de l’univers religieux reflété par le récit de Mésha qui sera également comparé au récit biblique de 2 Rois 3.

D’autres intervenants retraceront l’histoire du pays de Moab et sa relation compliquée avec les royaumes d’Israël et de Juda. Il sera également question de la géographie du Levant ancien et des nouvelles théories concernant des interactions des royaumes du Levant au premier millénaire.

Le colloque offrira ainsi un panorama des reconstructions historiques possibles dont la stèle de Mésha est à l’origine.

Le colloque aura lieu le mardi 02 après-midi (dès 14h) et le mercredi 03 octobre toute la journée, à l’amphithéâtre Guilluame Budé du Collège de France (11 pl. Marcelin Berthelot 75005 Paris).

Programme du colloque

Mardi 02 octobre 2018

14h00-14h15 Mots de bienvenu par Thomas Römer (Collège de France), Jens Kamlah (Deutscher Palästina-Verein), Isabel Bonora (Musée du Louvre)

14h15-14h30 Introduction au Colloque par Herbert Niehr

14h30-15h15 « La découverte de la stèle de Mésha par F. Klein et sa destruction », par Regine Hunziker-Rodewald

15h15-16h00 « La stèle de Mésha au Musée du Louvre: Charles Clermont-Ganneau et l’histoire d’une reconstitution », par Isabel Bonora

Pause

16h30-17h15 « La stèle de Mésha: problèmes épigraphiques, philologiques et de datation », par André Lemaire

17h15h-18h00 « L’univers religieux de l’inscription de Mésha », par Thomas Römer

Mercredi 03 octobre 2018

9h30-10h15 « Dhiban: New Archaeological Evidence », par Bruce Routledge

10h15-11h00 « Das Königtum Meschas », par Dagmar Kühn

11h00-11h45 « Die Mescha-Inschrift und ihre Relevanz für die Erforschung der Geschichte Israels », par Erasmus Gass

Pause 

13h30-14h15 « Représentations de Moab dans la Bible hébraïque », par Matthieu Richelle

14h15-15h00 « Les stèles au Levant à l’Âge du Fer: Eléments de contextualisation pour la stèle de Mésha », par Vincent Blanchard

15h00-15h45 « A la recherche des frontières et des territoires de la Transjordanie – un regard de longue durée (de l’Age du Bronze Récent jusqu’à la fin de l’Age du Fer) », par  Florence Berg

15h45 Conclusion du Colloque

 

Le programme du colloque est aussi disponible à ce lien : affiche colloque Mésha

Exposition « Mesha et la Bible »

« Mésha et la Bible : quand une stèle raconte l’Histoire ». Exposition
au Collège de France (11 place Marcelin Berthelot, 75005 Paris), du 15
septembre au 19 octobre, avec la collaboration exceptionnelle du Musée
du Louvre.

A l’occasion des journées européennes du patrimoine les 15 et 16
septembre, une exposition débutera au Collège de France, intitulée
« Mésha et la Bible : quand une pierre raconte l’Histoire ». Gratuite,
elle sera installée dans le foyer du Collège de France (entre les
amphithéâtres Marguerite de Navarre et Guillaume Budé), et se
maintiendra jusqu’au 19 octobre (visites de 10h-18h). »

Continuer la lecture

Semitica 60

Semitica 60, édité par Michael Langlois sous la direction de Thomas Römer. Leuven, Peeters, 2018. 555 p.

  • Jean-Marie Durand & Grégory Chambon. Le creusement d’un puits à l’époque amorrite.
  • Koowon Kim. List of filial duties: its narratological role in the ʾAqhatu story.
  • Israel Finkelstein, Thomas Römer, Christophe Nicolle, Zachary C. Dunseth, Assaf Kleiman, Juliette Mas & Naomi Pora. Excavations at Kiriath-jearim near Jerusalem, 2017: preliminary report.
  • Assaf Kleiman. Comments on the Archaeology and History of Tell el-Farʿah North (Biblical Tirzah) in the Iron IIA.
  • Gaby Abousamra. Huit stèles funéraires phéniciennes inédites.
  • Edgar Kellenberger. Once Again: the Fable of Jotham (Judg 9) and Aesop.
  • Isabel Cranz. The Rhetoric of Prohibitions: Divination and Magic in Deuteronomy and Leviticus.
  • Innocent Himbaza. Le Pentateuque a-t-il été compilé et édité en hâte ?.
  • Nadav Naʾaman. Echoes of the Israelite Conquest and Settlement of the Mishor in the Book of Numbers.
  • Benedikt Hensel. Cult Centralization in the Persian Period: Biblical and Historical Perspectives.
  • Zoltán Niederreiter & Benjamin Sass. On a cylinder seal with a newly deciphered Arabian legend.
  • André Lemaire & Michael C.A. Macdonald. Some ancient north Arabian notes.
  • Matthew Phillip Monger. 4Q216 – A New Material Analysis.
  • Clément Moussé. Les sanctuaires des prophètes chez les pèlerins chrétiens et musulmans, le sanctuaire d’Hébron ou le Ḥaram al-Ḫalīl.
  • Papers delivered at the workshop “The Assyria–Levant Experience: Postcolonial Perspectives” held in Paris on 24–25 February 2017.
  • Ido Koch. Introductory framework for Assyrian-Levantine colonial encounters.
  • Christian Frevel. Was Aram an Empire? A kind of a shibboleth-question.
  • Ido Koch & Lidar Sapir-Hen. Beersheba–Arad Valley during the Assyrian Period.
  • Lionel Marti. The Levant and Assyria: perspectives from Assyrian royal inscriptions.
  • Yifat Thareani. Revenge of the conquered: paths of resistance in the Assyrian city of Dan.
  • Virginia R. Herrmann. Cosmopolitan Politics in the Neo-Assyrian Empire: Local Elite Identity at Zincirli-Samʾal.
  • Jakob Wöhrle. “Woe to the Bloody City” (Nah 3:1) Postcolonial Perspectives on the Image of Assyria in the Book of Nahum and its Early Reception History.