Parution : « Oral et écrit dans l’Antiquité orientale »

Thomas Römer, Hervé Gonzalez, Lionel Marti, Jan Rückl (éds),

Oral et écrit dans l’Antiquité orientale : les processus de rédaction et d’édition. Actes du colloque organisé par le Collège de France, Paris, les 26 et 27 mai 2016 (Orbis biblicus et orientalis 291), Leuven – Paris – Bristol, CT : Peeters, 2021, XIV-345 p.

Relié, 24,5 x 16,5 cm
ISBN: 9789042942646

La question de la place de l’oralité dans la production et la transmission des grandes traditions littéraires du Proche-Orient ancien a fait couler beaucoup d’encre au moins depuis le XIXe siècle. Alors que l’idée d’une dichotomie entre oral et écrit, avec l’hypothèse d’une première phase orale avant la mise par écrit des textes, a longtemps dominé les reconstructions historiques, les travaux récents soulignent davantage la contemporanéité de l’oral et de l’écrit dans la composition, l’édition et la transmission des textes. L’idée de contemporanéité soulève de nouvelles questions, dont celle des modes d’articulation entre oral et écrit: cette imbrication est complexe, pouvant prendre des formes variées, en fonction des contextes socio-historiques et culturels, des genres littéraires et de la fonction des textes. C’est dans le but d’approfondir la compréhension de ces articulations que le colloque «Oral et écrit dans l’Antiquité orientale: les processus de rédaction et d’édition» s’est tenu au Collège de France les 26 et 27 mai 2016. Dans une perspective comparatiste, les travaux réunis dans ce volume abordent différentes zones géographiques, périodes et corpus de textes, offrant ainsi un aperçu nuancé de la variété des interactions possibles entre l’oral et l’écrit dans le Proche-Orient ancien.

The question of the place of orality in the production and transmission of the great literary traditions of the ancient Near East has been widely discussed since at least the 19th century. While the idea of a dichotomy between orality and writing, with the hypothesis of a first oral phase preceding the writing of texts, has long dominated historical reconstructions, recent work has placed more emphasis on the contemporaneity of orality and writing in textual composition, editing and transmission. The very idea of contemporaneity raises new questions regarding the articulation between oral and written, a complex interweaving that may take various forms, depending on the socio-historical and cultural contexts, the literary genres and the function of the texts. With the aim of deepening our understanding of such articulations, the colloquium « Orality and Writing in Eastern Antiquity: The Processes of Composition and Redaction » was held at the Collège de France on May 26-27, 2016. Taking a comparative perspective, the volume addresses different geographical areas, periods, and bodies of texts, thus offering a nuanced overview of the variety of possible interactions between orality and writing in the ancient Near East.

https://www.peeters-leuven.be/detail.php?id=5625

PDF complet du livre en libre accès : https://www.peeters-leuven.be/pdf/9789042942653.pdf

LE TRAVAIL DES FEMMES AU PAYS DE DEUX FLEUVES – BLOIS, RDV DE L’HISTOIRE 2021

 

Samedi 9 Octobre, dans les journées de Blois dédiées à l’histoire, s’est tenue une table ronde sur le travail des femmes en Mésopotamie qui organisée par l’UMR 7192 (Laura Battini) associait membres statuaires de l’UMR 7192 (Nele Ziegler), associés (Sophie Demare-Lafont) et collègues d’autres institutions (Brigitte Lion). Hébergée dans la salle du fonds patrimonial de la Bibliothèque Abbé Grégoire, dans une atmosphère studieuse et chaleureuse, cette table ronde a rencontré un vif succès, suscitant beaucoup de questions du public.

Partant de leur spécialité, les quatre participantes ont analysé ensemble les textes juridiques, les archives palatiales, les archives privées, les données iconographiques, ostéologiques et architecturales. Elles ont ainsi réussi à montrer quelques aspects du travail féminin en Mésopotamie: les aspects juridiques du travail, les femmes du palais, les métiers « féminins », le travail ‘invisible’ des femmes à la maison. Sans oublier que le travail féminin nécessitant une formation spécialisée reste rare et que la documentation citadine disponible n’est pas contre-balancée par une connaissance comparable des femmes des campagnes, dont la situation était sans doute bien différente de celle des femmes des villes.

Enfin, public et participantes ont pu goûter le plaisir de se retrouver « en présentiel » (sic!) après des longs mois de « distanciation sociale »… Ah les néologismes de cette pandémie!

 

Les tables du pouvoir. Une histoire des repas de prestige (catalogue d’une exposition)

L’exposition Les tables du pouvoir a été présentée au musée du Louvre-Lens du 31 mars au 26 juillet 2021. Elle est prolongée sous la forme d’un catalogue édité par Z. Gourarier et al. (éd.), Les tables du pouvoir. Une histoire des repas de prestige, Lens/Paris, 2021 auquel plusieurs membres de notre UMR, titulaires ou associés, ont participé. D’abord sous forme de trois articles :
– D. Charpin, « Le service des dieux », p. 46-49
– N. Ziegler, « Les banquets dans le royaume de Mari », p. 96-99
– L. Marti, « Le banquet du souverain universel », p. 120-125
mais aussi de plusieurs encadrés :
– A. Jacquet, « Honorer les rois défunts », p. 60-61
– V. Matoïan, « Banquets au royaume d’Ugarit », p. 72-74
– V. Chalendar, « Les tablettes culinaires de Yale : un avant-goût de la cuisine mésopotamienne », p. 102-105
– G. Chambon, « Le vin à la table des rois en Mésopotamie », p. 114-115
– M. Guichard, « Les vases zoomorphes au Proche-Orient ancien », p. 130-132
Ainsi que de nombreuses notices.