ARCHIBAB : nouveautés (décembre 2019)

La dernière version d’ARCHIBAB vient d’être mise en ligne (www.archibab.fr)
Voici les nouveautés qu’on y trouvera :

Pour renvoyer directement à une édition de texte d’ARCHIBAB dans une publication ou accéder à un texte sans passer par le moteur de recherche, il suffit d’utiliser l’URL qui termine par son numéro ARCHIBAB : on a réussi à simplifier la chaine de caractère indiquée dans les Nouveautés d’Août 2019. Par exemple, pour CUSAS 8 1, on tapera simplement : http://www.archibab.fr/T4560. Il suffit de changer le numéro qui suit /T pour renvoyer à un autre texte : http://www.archibab.fr/T6000 correspond à Chagar Bazar 3 119, etc.
La table BIBLIO compte désormais 5 188 fiches. On compte désormais 34 587 textes intégralement publiés.
La table TEXTES compte désormais 20 691 fiches, soit 60 % du corpus (mais ce chiffre inclut de nombreux textes seulement catalogués).
Nouveautés (205 textes)
ARM 33 : J.-M. Durand, Les premières années du roi Zimrî-Lîm de Mari. Première partie, ARM 33, 2019 (+ 202 inédits, sur les 293 textes (re)publiés) [JMD et DC ; les photos, montées et installées par F. Nebiolo, sont disponibles en même temps que les textes].
– A. Cavigneaux & E. Clevenstine, AoF 45, 2018, p. 50-59 [1, AJ]
– A. Cavigneaux & E. Clevenstine, AoF 45, 2018, p. 60-65 [1, DC]
– Sh. Yamada, Mél. Rouault, 2019, p. 39-40 [1, DC]

Travail rétrospectif (42 textes)

Dans le cadre du projet « EcritUr » (10 textes) : Jean Š et A 184 [DC] ; Langdon JRAS 1921, p. 578-579 [DC] ; Scheil RA 12, p. 116 [DC] ; Sigrist RA 79 Pacific School [AJ] ; W 2-2 (Brinkman Mél. Kramer 1, p. 43-44) [AJ] ; YBC 5447 (Hallo Mél. Landsberger, p. 200-201) [DC] ; YOS 5 161 [DC] ; YOS 12 113 [BF] ; YOS 12 167 [BF] ; YOS 14 294 [DC]. De nombreux autres textes de UET 5 en cours de traitement seront prochainement mis en ligne.
Autres textes (32 textes) : Abed RAKI 15 [MB] ; Abed RAKI 16 [MB] ; Abed RAKI 29 [MB] ; Abed RAKI 31 [MB] ; ARM 22 73 [ChrSch] ; ARM 22 74 [ChrSch] ; ARM 22 75 [ChrSch] ; BBVOT 1 157 [DC] ; BBVOT 1 159 [DC] ; BBVOT 1 27 [DC] ; BIN 2 76 [ChrSch] ; CT 47 46 [ChrSch] ; CT 48 20 // 21 [DC] ; CT 48 70 [ChrSch] ; CT 6 29 [ChrSch] ; CT 6 37-a [ChrSch] ; CT 6 47-b [ChrSch] ; Edubba 7 25 [ChrSch] ; FAOS 17 76 [DC] ; Finkelstein Mél. Kramer 1, Text A, p. 188-189 [ChrSch] ; M.3486 (Colonna d’Istria & Rendu Loisel CRRAI 56, p. 646-649) [MB] ; M.3557 (Colonna d’Istria & Rendu Loisel CRRAI 56, p. 649) [MB] ; MAH 15951 (TJDB, p. 3-4 et pl. 9) [ChrSch] ; OECT 15 320 [DC] ; Ouyang & Brookman CDLJ 2012/1 E59468 [DC] ; TCL 1 129 [DC] ; TH98-T147 (Colonna d’Istria ATS 17, p. 190) [MB] ; Veenhof Mél. De Meyer, Text E, p. 144 [ChrSch] ; Veenhof Mél. De Meyer, Text F, p. 145 [ChrSch] ; YOS 12 153 [DC] ; YOS 12 331 [ChrSch] ; YOS 12 334 [DC].
Bilan de l’année 2019
Du point de vue technique, l’année 2019 a été marquée par trois nouveautés :
– le passage à un serveur virtuel Windows, plus rapide et plus sûr (merci à F. Barbé et à toute l’équipe de la DSI du Collège de France) ;
– le passage à la v.17 de 4D, qui permet de suivre l’évolution du logiciel moteur de la base (merci à C. Vallée de la société D.I.T.) ;
– la mise au point d’un URL simple permettant de renvoyer directement à l’édition électronique d’un texte dans la base, du genre : cf. CUSAS 8 1 (http://www.archibab.fr/T4560).
Du point de vue scientifique, les publications de l’année 2019 sont particulièrement abondantes, puisque 433 textes nouveaux ont été publiés (dont 226 textes de Mari, soit 52 %). Ils ont tous été entrés dans la BIBLIO d’ARCHIBAB, même si faute de temps une partie n’a pas encore été traitée dans TEXTES : ce sera fait en 2020, de même que de nombreux textes publiés en 2018 ont été rendus accessibles en 2019 (comme les 202 lettres de CUSAS 36).
Le travail rétrospectif a lui aussi progressé, avec 1408 textes supplémentaires, en bonne partie grâce au projet « EcritUr » financé par l’ANR que nous remercions.

Collaborations
Une fois encore, merci à tous les collègues qui nous signalent leurs nouvelles publications et nous en envoient un fichier pdf (si possible avec la transcription en .doc ou .rtf et les copies et/ou photos en .jpg).
Once again, we thank all colleagues who report their new publications to us, and send us a pdf file (if possible with the transcription in .doc or .rtf and the copies and/or photos in .jpg).

65e Rencontre Assyriologique Internationale à Paris, 8-12 Juillet

Cette année, la Rencontre Assyriologique Internationale — la conférence annuelle de l’International Association for Assyriology — a lieu à Paris du 8 au 12 juillet 2019. Il s’agit de la 65e édition, dont le thème est : « Dieux, rois et capitales dans le Proche-Orient ancien ».

Le programme, le livret des résumés ainsi qu’un certain nombre d’informations utiles ont été mis en ligne sur le site de la Rencontre : http://rai2019.digitorient.com.

On vous attend nombreux, dès demain lundi 8 juillet, à 8h30 au Collège de France !

 

Comité de patronage

Jean-Marie Durand, Professeur émérite au Collège de France.

Marielle Pic, Conservateur général, directeur du Département des Antiquités orientales (Louvre).

Thomas Römer, Professeur au Collège de France, Vice-Président de l’Assemblée des professeurs.

 

Comité d’organisation

Dominique Charpin, Collège de France.

Brigitte Lion, Université de Paris 1.

Lionel Marti, CNRS, UMR 7192.

Ariane Thomas, Musée du Louvre.

Nele Ziegler, CNRS, UMR 7192.

 

Secrétariat

Marine Béranger, Collège de France.

Francesca Nebiolo, Collège de France.

Nouvelle parution : Représenter dieux et hommes dans le Proche-Orient ancien et dans la Bible

Thomas Römer, Hervé Gonzalez et Lionel Marti (eds)
Représenter dieux et hommes dans le Proche-Orient ancien et dans la Bible. Actes du colloque organisé par le Collège de France, Paris, les 5 et 6 mai 2015 (Orbis Biblicus et Orientalis 287), Leuven – Paris – Bristol, CT : Peeters, 2019.
coverBroché, XII-386 pages
ISBN 978-90-429-3973-8
Quelle est la fonction des représentations du divin et aussi des hommes dans le Proche-Orient ancien? Quelles sont les différentes manières de rendre visible des dieux et quelles en sont les fonctions particulières? Ces représentations matérielles et visuelles permettent-elles de mieux comprendre les cultes officiels et les cultes privés? Quel est le rôle des images dans le culte royal? Est-ce le roi ou tous les humains qui sont «l’image» des dieux? Pour quelles raisons décide-t-on d’interdire des images cultuelles? Y a-t-il des précurseurs à l’interdiction biblique dans le Proche-Orient ou ailleurs? Comment les représentations des dieux et des hommes changent-elles en l’absence d’image cultuelle?
Le colloque «Représenter dieux et hommes dans le Proche-Orient ancien et dans la Bible», qui s’est tenu les 5 et 6 mai 2015 au Collège de France, avait pour but d’éclairer ces questions autour de l’image, un sujet central pour l’intelligence des religions anciennes et modernes.
What was the function of representing deities and also humans in the ancient Near-East? Which were the different ways of making gods visible, and the specific functions of these representations? Might these material and visual representations help us to better understand official cults, as well as private cults? What was the role of images in the royal cult? Was the king the only “image” of the gods, or could all humans fulfill this role? Why were cult images forbidden? Does the biblical prohibition have any precedent or parallel in the ancient Near-East, or elsewhere? And how do the ways of representing gods and humans change in the absence of cultic images?
The conference Representing Gods and Humans in the Ancient Near-East and in the Bible, held at the Collège de France, Paris, on May 5-6 2015, sought to shed light on these questions surrounding the image, a critical issue for our understanding of ancient as well as modern religions.
Le volume est en libre accès, à la page internet suivante :

Nouvelle parution : Aux origines de la Torah, par Israël Finkelstein et Thomas Römer

Israël Finkelstein et Thomas Römer

Aux origines de la Torah. Nouvelles rencontres, nouvelles approches, Montrouge : Bayard, 2019.

Aux origines de la Torah : nouvelles rencontres, nouvelles perspectives

260 pages, broché, 14,5 cm × 19,0 cm

Les recherches sur la formation de la Bible sont en train de se réinventer. Israël Finkelstein, archéologue, et Thomas Römer, bibliste, le prouvent en faisant dialoguer leur propre discipline tout en respectant les méthodes et les résultats de chacun. Ils démontrent ainsi qu’une vraie collaboration entre archéologie et exégèse biblique peut produire de nouveaux résultats et fournir une reconstruction plus exacte de l’histoire de l’Israël ancien et de la formation de la Bible hébraïque.

Israël Finkelstein est un archéologue israélien. Il est directeur de l’Institut d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv et coresponsable des fouilles de Megiddo en Galilée.

Spécialiste de l’Ancien Testament, Thomas Römer occupe la chaire « Milieux bibliques » au Collège de France ; il est également professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne.

Conférence du professeur Jens SCHRÖTER (Université Humboldt de Berlin)

Invité sur la proposition du professeur Thomas Römer, le professeur Jens Schröter (Université Humboldt de Berlin) donnera une conférence sur le sujet suivant :

THE QUEST OF THE HISTORICAL JESUS : CURRENT ISSUES AND PROSPECTS

Cette conférence aura lieu au Collège de France (11, place Marcelin-Berthelot, Paris 5e), le lundi 8 avril 2019, à 16 heures, salle 2.

AFFICHE SCHROTER

https://www.college-de-france.fr/site/thomas-romer/guestlecturer-2019-04-08-16h00.htm