ASH SHARQ 2020/1-2

Le volume 4 d’Ash Sharq est publié: il comprend les deux numéros 1 et 2 de l’année. Disponible en abonnement ou en achat chez Archaeopress, le volume est très intéressant.

Dans le préambule la directrice de la publication, Laura Battini, fait le point sur ces premières quatre années, rappelle aux jeunes chercheurs qu’il faut viser la qualité et non la quantité des articles publiés, demande une plus grande participation féminine et se félicite de premiers trois articles en farsi qu’elle a reçu et publié dans ce numéro.
Ce sont justement ces trois articles en farsi qui ouvrent le volume: il s’agit de comptes rendus des fouilles à Shahr-i-Shokhta, en Iran, par Enrico Ascalone, Hssein Moradi et Seyed Mansur Seyed Sajjadi qui est le Directeur de la mission de Shahr i Sokhta. Le journal, en effet ne publie qu’en anglais et dans les langues aujourd’hui parlées au Proche-Orient (turc, farsi, arabe, kurde, hébreu…). Mettre sur le même plan  la langue internationale et les les langues aujourd’hui parlées au Proche-Orient sert à faire tourner la page d’un passé colonialiste dont nous sommes pas fiers.

À part un article sur Hama (en Syrie), concernant un palais ottomane très peu étudié et même connu, détruit malheureusement en 1982 suite aux événements politiques, le reste du volume est dédié à la Mésopotamie. Deux articles sont les comptes-rendus de missions au Kurdistan Irakien: la mission de Jesper Eidem poursuit ses recherches dans la plaine Rania avec des découvertes toujours surprenantes et une nouvelle opération prometteuse (Kandara Qal) sous la responsabilité de Rita Dolce s’est ouverte depuis deux ans  au sein de la mission dirigée par Maria-Grazia Masetti-Rouault.

Deux articles sont plus philologiques: Ran Zadok les continue les investigations sur la toponymie de Judée et l’anthroponymie de la Babylonie entre les époques néo-assyrienne et hellénistique qui révèle la présence de personnes portant de noms arabes. Pierre Villard s’intéresse aux textes historiografiques mésopotamiens pour voir comment les événements politiques néo-assyriens ont influencé la réinterprétation du passé. Ce n’est pas un hasard, donc, que la Chronique de l’Esagil et probablement aussi la Chronique des Premiers Rois ont été composées à la fin de l’empire néo-assyrien, quand la bibliothèque de Ninive s’est constituée.

Toujours à propos de l’époque néo-assyrienne est l’un des deux articles de Ludovico Portuese, qui montre combien les problèmes de protection magique du palais étaient importants et ont transformé donc ses entrées en lieu de rituels spécifiques. L’autre article du même auteur nous rappelle combien la richesse de lectures des oeuvres du passé doit se réfléchir aussi sur les méthodes utilisées aujourd’hui par les chercheurs: c’est un stimulant avertissement à sonder des nouvelles voies pour mieux comprendre le passé.

Bonne lecture!

Vous pouvez vous abonner en cliquant ici

 

Le Professeur Dominique Charpin à l’honneur

Dominique Charpin, Professeur au Collège de France titulaire de la chaire « Civilisation mésopotamienne » et membre de notre UMR 7192, a été choisi pour recevoir un doctorat honoris causa décerné par l’Université de Chicago. Il recevra son titre lors de la prochaine convention de l’Université de Chicago, qui aura lieu en 2021.

Toutes nos félicitations au Professeur Dominique Charpin !

https://news.uchicago.edu/story/university-chicago-award-six-honorary-degrees-2021-convocation

Prix Paule Dumesnil 2020

Ce prix a été décerné par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à Mme Valérie Matoïan pour soutenir la mission franco-syrienne de Ras Shamra – Ougarit qu’elle dirige, en contribuant à la diffusion de ses travaux.

D. Charpin : publications de 2017

Vous pouvez voir ou revoir les vidéos des cours que j’ai donnés au Collège de France en 2017-18 sur « Lire et écrire en Mésopotamie à l’époque paléo-babylonienne : la correspondance ».
https://www.college-de-france.fr/site/dominique-charpin/course-2016-2017.htm

Les personnes intéressées pourront trouver ici mes travaux publiés en 2017.
Livres :
La vie méconnue des temples mésopotamiens, Docet omnia 1, Paris, 2017
http://books.openedition.org/lesbelleslettres/115
Voir aussi : https://www.lesbelleslettres.com/livre/2897-la-vie-meconnue-des-temples-mesopotamiens
How to be an Assyriologist? Inaugural Lecture delivered on Thursday 2 October 2014, OpenEdition Books/Collège de France, Paris, 2017
https://books.openedition.org/cdf/4922

Articles ou chapitres d’ouvrages collectifs :
– Pour une diplomatique des documents paléo-babyloniens, RA 111, 2017, p. 155-178
Charpin_2017_RA_111_Chronique_pour_une_diplomatique
– Le “mur des Amorrites” à Sumer à la fin du IIIe millénaire av. J.-C. : le premier exemple de mur anti-migrants ?, dans P. Boucheron (éd.), Migrations, réfugiés, exil, Paris, 2017, p. 61-81
Charpin_2017_Migrations_LITE
– L’intercession dans la civilisation mésopotamienne, dans Th. Römer, B. Dufour, F. Pfitzman & C. Uehlinger (éd.), Entre dieux et hommes : anges, démons et autres figures intermédiaires. Actes du colloque organisé par le Collège de France, Paris, les 19 et 20 mai 2014, OBO 286, Fribourg/Göttingen, 2017, p. 238-254
Charpin_2017_OBO_286_IntercessionLITE

Recensions (à retrouver sur Charpin_2017_CR_RA_111) :
– N. Samet, The Lamentation over the Destruction of Ur, Mesopotamian Civilization 18, Winona Lake, 2014, RA 111, 2017, p. 179
– J.-L. Huot, L’E.babbar de Larsa aux IIe et Ier millénaires (Fouilles de 1974 à 1985), Bibliothèque archéologique et historique 205, Beyrouth/Damas, 2014, RA 111, 2017, p. 179-180
– A. George, Th. Hertel, J. Llop-Radùa, K. Radner & W. van Soldt, Assyrian Archival Documents in the Schøyen Collection and Other Documents from North Mesopotamia and Syria, Cornell University Studies in Assyriology and Sumerology 34, Bethesda, 2017, RA 111, 2017, p. 180-181
– M. Rutz, Bodies of Knowledge in Ancient Mesopotamia. The Diviners of Late Bronze Age Emar and their Tablet Collection, Ancient Magic and Divination 9, Leyde/Boston, 2013, RA 111, 2017, p. 185-187

Et 4 notes brèves dans NABU, à retrouver sur https://sepoa.fr/?page_id=557
– Les copies modernes de la peinture dite « de l’Investiture » de Mari, NABU 2017/10
– En marge d’ARCHIBAB 24 : deux anthroponymes rares, NABU 2017/11
– En marge d’Archibab, 25 : une offrande à Ur d’Etellum, ministre du roi de Larsa Gungunum, NABU 2017/42
– En marge d’ARCHIBAB 26 : deux devins et l’abi ERIN₂ Utul-Ištar à Sippar-Amnanum en Ammi-ṣaduqa 15, NABU 2017/67

ARCHIBAB : nouveautés (décembre 2019)

La dernière version d’ARCHIBAB vient d’être mise en ligne (www.archibab.fr)
Voici les nouveautés qu’on y trouvera :

Pour renvoyer directement à une édition de texte d’ARCHIBAB dans une publication ou accéder à un texte sans passer par le moteur de recherche, il suffit d’utiliser l’URL qui termine par son numéro ARCHIBAB : on a réussi à simplifier la chaine de caractère indiquée dans les Nouveautés d’Août 2019. Par exemple, pour CUSAS 8 1, on tapera simplement : http://www.archibab.fr/T4560. Il suffit de changer le numéro qui suit /T pour renvoyer à un autre texte : http://www.archibab.fr/T6000 correspond à Chagar Bazar 3 119, etc.
La table BIBLIO compte désormais 5 188 fiches. On compte désormais 34 587 textes intégralement publiés.
La table TEXTES compte désormais 20 691 fiches, soit 60 % du corpus (mais ce chiffre inclut de nombreux textes seulement catalogués).
Nouveautés (205 textes)
ARM 33 : J.-M. Durand, Les premières années du roi Zimrî-Lîm de Mari. Première partie, ARM 33, 2019 (+ 202 inédits, sur les 293 textes (re)publiés) [JMD et DC ; les photos, montées et installées par F. Nebiolo, sont disponibles en même temps que les textes].
– A. Cavigneaux & E. Clevenstine, AoF 45, 2018, p. 50-59 [1, AJ]
– A. Cavigneaux & E. Clevenstine, AoF 45, 2018, p. 60-65 [1, DC]
– Sh. Yamada, Mél. Rouault, 2019, p. 39-40 [1, DC]

Travail rétrospectif (42 textes)

Dans le cadre du projet « EcritUr » (10 textes) : Jean Š et A 184 [DC] ; Langdon JRAS 1921, p. 578-579 [DC] ; Scheil RA 12, p. 116 [DC] ; Sigrist RA 79 Pacific School [AJ] ; W 2-2 (Brinkman Mél. Kramer 1, p. 43-44) [AJ] ; YBC 5447 (Hallo Mél. Landsberger, p. 200-201) [DC] ; YOS 5 161 [DC] ; YOS 12 113 [BF] ; YOS 12 167 [BF] ; YOS 14 294 [DC]. De nombreux autres textes de UET 5 en cours de traitement seront prochainement mis en ligne.
Autres textes (32 textes) : Abed RAKI 15 [MB] ; Abed RAKI 16 [MB] ; Abed RAKI 29 [MB] ; Abed RAKI 31 [MB] ; ARM 22 73 [ChrSch] ; ARM 22 74 [ChrSch] ; ARM 22 75 [ChrSch] ; BBVOT 1 157 [DC] ; BBVOT 1 159 [DC] ; BBVOT 1 27 [DC] ; BIN 2 76 [ChrSch] ; CT 47 46 [ChrSch] ; CT 48 20 // 21 [DC] ; CT 48 70 [ChrSch] ; CT 6 29 [ChrSch] ; CT 6 37-a [ChrSch] ; CT 6 47-b [ChrSch] ; Edubba 7 25 [ChrSch] ; FAOS 17 76 [DC] ; Finkelstein Mél. Kramer 1, Text A, p. 188-189 [ChrSch] ; M.3486 (Colonna d’Istria & Rendu Loisel CRRAI 56, p. 646-649) [MB] ; M.3557 (Colonna d’Istria & Rendu Loisel CRRAI 56, p. 649) [MB] ; MAH 15951 (TJDB, p. 3-4 et pl. 9) [ChrSch] ; OECT 15 320 [DC] ; Ouyang & Brookman CDLJ 2012/1 E59468 [DC] ; TCL 1 129 [DC] ; TH98-T147 (Colonna d’Istria ATS 17, p. 190) [MB] ; Veenhof Mél. De Meyer, Text E, p. 144 [ChrSch] ; Veenhof Mél. De Meyer, Text F, p. 145 [ChrSch] ; YOS 12 153 [DC] ; YOS 12 331 [ChrSch] ; YOS 12 334 [DC].
Bilan de l’année 2019
Du point de vue technique, l’année 2019 a été marquée par trois nouveautés :
– le passage à un serveur virtuel Windows, plus rapide et plus sûr (merci à F. Barbé et à toute l’équipe de la DSI du Collège de France) ;
– le passage à la v.17 de 4D, qui permet de suivre l’évolution du logiciel moteur de la base (merci à C. Vallée de la société D.I.T.) ;
– la mise au point d’un URL simple permettant de renvoyer directement à l’édition électronique d’un texte dans la base, du genre : cf. CUSAS 8 1 (http://www.archibab.fr/T4560).
Du point de vue scientifique, les publications de l’année 2019 sont particulièrement abondantes, puisque 433 textes nouveaux ont été publiés (dont 226 textes de Mari, soit 52 %). Ils ont tous été entrés dans la BIBLIO d’ARCHIBAB, même si faute de temps une partie n’a pas encore été traitée dans TEXTES : ce sera fait en 2020, de même que de nombreux textes publiés en 2018 ont été rendus accessibles en 2019 (comme les 202 lettres de CUSAS 36).
Le travail rétrospectif a lui aussi progressé, avec 1408 textes supplémentaires, en bonne partie grâce au projet « EcritUr » financé par l’ANR que nous remercions.

Collaborations
Une fois encore, merci à tous les collègues qui nous signalent leurs nouvelles publications et nous en envoient un fichier pdf (si possible avec la transcription en .doc ou .rtf et les copies et/ou photos en .jpg).
Once again, we thank all colleagues who report their new publications to us, and send us a pdf file (if possible with the transcription in .doc or .rtf and the copies and/or photos in .jpg).