Semitica 61

Semitica 61, édité par Michael Langlois sous la direction de Thomas Römer. Leuven, Peeters, 2019. 458 p.

  • Michaël Guichard. De Larsa à Mari (I) : nouvelles incantations paléo-babyloniennes. p. 5
  • William M. Schniedewind. The Gezer Calendar as an Adaptation of the Mesopotamian Lexical Tradition (Ura 1). p. 15
  • Michael Langlois. The Kings, the City and the House of David on the Mesha Stele in Light of New Imaging Techniques. p. 23
  • Anat Mendel-Geberovich & Mitka R. Golub. The Tel ʿEton Bulla: A Revised Reading and Some Onomastic Remarks. p. 49
  • Nadav Naʾaman. The Isaac Story (Genesis 26) and the Land of Gerar. p. 59
  • Jaeyoung Jeon. Egyptian Iconography and the Battle with Amalek (Exodus 17:8-16) Revisited. p. 89
  • François Bron. La collection d’antiquités sudarabiques de François Antonovich. p. 117
  • Laurent Capron. Deux fragments d’épîtres pauliniennes (1 Thess. et 1 Cor.) en araméen christopalestinien. p. 127
  • Gaby Abousamra. An Incantation Bowl from the Matenadaran. p. 139
  • Giancarlo Toloni. « Babel und Bibel ». The Scientific Work of Luigi Cagni. p. 147
  • Valérie Matoïan. Ougarit, depuis déjà 90 ans. p. 159
  • Michel al-Maqdissi. Les fouilles de Ras Shamra-Ougarit dans le contexte de la « question archéologique syrienne » durant la première décennie du mandat français (1919-1929). p. 163
  • Aurélie Carbillet & Valérie Matoïan. Les pointes de « flèches à percussion » d’Ougarit. p. 185
  • Valérie Matoïan & Bernard Geyer. La coupe RS 26.318 et la vaisselle en serpentinite d’Ougarit. p. 215
  • Corinne Lanoir. Quand les femmes apparaissent sur des ânes ; de quelques ambassades féminines à Ougarit et dans la Bible hébraïque. p. 235
  • Nicolas Jacob-Rousseau & Bernard Geyer. Habitat, bâti et aménagements ruraux dans la plaine de Ras Shamra au début du XXe siècle. p. 265
  • Papers delivered at the workshop “Memory as Capital in Iron Age Levant and Beyond” held in Paris, 23–24 February 2018
  • Sarah Lange-Weber. Shaping the Collective Memory at (Collective?) Grave Sites: The Representation of Death as a Tool for Creating Shared Memories in the Late Bronze Age and Iron Age Northern Levant. p. 295
  • Laura Battini. Consented Violence in the Collective Memory: the Lachish Case from Epigraphic and Iconographic Data. p. 337
  • Matthieu Richelle. Cultural Memory from Israel to Judah. p. 373
  • Virginia R. Herrmann. The Reuse of Orthostats and Manipulation of Memory in the Iron Age Syro-Hittite Kingdoms. p. 399
  • Tatiana Pedrazzi. The Construction of a New Collective Memory in Phoenicia as a Response to Achaemenid Power. Material Culture as an “Objectified Cultural Capital”. p. 441

Journée d’études de l’UMR le 22 juin 2019

Journée d’étude de l’UMR 7192
« Origines lointaines ».  Exemples de déplacements de personnes et d’emprunts de langues, d’objets, de traditions

Samedi 22 juin 2019 à l’Institut protestant de théologie,
83 Bd Arago, 75014 Paris, salle 22

Comité de pilotage : C. Lanoir, Ch. Nicolle & N. Ziegler

Affiche journée UMR (actualisée)

Programme (mis à jour le 14/06/2019)
10h00 : Th. Römer et C. Lanoir : Mots d’accueil
Equipe 2 (Etudes bibliques et nord-ouest sémitiques)
Présidence Th. Römer
10h15-10h45 : E. Pastore, « La reine de Saba à Jérusalem : soubassements historiques d’un récit légendaire »
10h45-11h15 : C. Lanoir, « La migration de Ruth la Moabite dans l’exégèse féministe actuelle »
Equipe 1 (Mondes Mésopotamiens)
Présidence D. Charpin
11h30-12h00 : B. Fiette, « Un marchand d’Ur qui commerçait avec la région de Bahrain »
12h00-12h30 : M. Ramez, « L’origine lointaine des pierres dans la documentation mésopotamienne »
12h30-13h00 : L. Marti, « Venir de loin ? Définir le lointain dans les inscriptions royales assyriennes».
Equipe 4 (Espaces caucasien et indo-européen)
Présidence Ö. Türesay
14h15-14h45 : E. Baudouin, « L’essayer c’est l’adopter ! Le développement de l’architecture “complexe” dans le bassin syro-mésopotamien de la fin du 7e à la fin du 5e mil. av. J.-C. »
14h45-15h15 : M. Suleymanov, « L’histoire de la langue tate et l’origine de ses locuteurs »
15h15-15h45 : M. Taheri, « Les origines lointaines du chiisme dans les manuels d’histoire iraniens »
Présidence C. Lanoir
15h45-16h15 : Ö. Türesay, « Usages d’une métaphore d’origines (très) loin- taines dans la culture politique ottomane et turque (1832-2016) »

 

Nouvelle parution : Représenter dieux et hommes dans le Proche-Orient ancien et dans la Bible

Thomas Römer, Hervé Gonzalez et Lionel Marti (eds)
Représenter dieux et hommes dans le Proche-Orient ancien et dans la Bible. Actes du colloque organisé par le Collège de France, Paris, les 5 et 6 mai 2015 (Orbis Biblicus et Orientalis 287), Leuven – Paris – Bristol, CT : Peeters, 2019.
coverBroché, XII-386 pages
ISBN 978-90-429-3973-8
Quelle est la fonction des représentations du divin et aussi des hommes dans le Proche-Orient ancien? Quelles sont les différentes manières de rendre visible des dieux et quelles en sont les fonctions particulières? Ces représentations matérielles et visuelles permettent-elles de mieux comprendre les cultes officiels et les cultes privés? Quel est le rôle des images dans le culte royal? Est-ce le roi ou tous les humains qui sont «l’image» des dieux? Pour quelles raisons décide-t-on d’interdire des images cultuelles? Y a-t-il des précurseurs à l’interdiction biblique dans le Proche-Orient ou ailleurs? Comment les représentations des dieux et des hommes changent-elles en l’absence d’image cultuelle?
Le colloque «Représenter dieux et hommes dans le Proche-Orient ancien et dans la Bible», qui s’est tenu les 5 et 6 mai 2015 au Collège de France, avait pour but d’éclairer ces questions autour de l’image, un sujet central pour l’intelligence des religions anciennes et modernes.
What was the function of representing deities and also humans in the ancient Near-East? Which were the different ways of making gods visible, and the specific functions of these representations? Might these material and visual representations help us to better understand official cults, as well as private cults? What was the role of images in the royal cult? Was the king the only “image” of the gods, or could all humans fulfill this role? Why were cult images forbidden? Does the biblical prohibition have any precedent or parallel in the ancient Near-East, or elsewhere? And how do the ways of representing gods and humans change in the absence of cultic images?
The conference Representing Gods and Humans in the Ancient Near-East and in the Bible, held at the Collège de France, Paris, on May 5-6 2015, sought to shed light on these questions surrounding the image, a critical issue for our understanding of ancient as well as modern religions.
Le volume est en libre accès, à la page internet suivante :