Nouvelle parution : Aux origines de la Torah, par Israël Finkelstein et Thomas Römer

Israël Finkelstein et Thomas Römer

Aux origines de la Torah. Nouvelles rencontres, nouvelles approches, Montrouge : Bayard, 2019.

Aux origines de la Torah : nouvelles rencontres, nouvelles perspectives

260 pages, broché, 14,5 cm × 19,0 cm

Les recherches sur la formation de la Bible sont en train de se réinventer. Israël Finkelstein, archéologue, et Thomas Römer, bibliste, le prouvent en faisant dialoguer leur propre discipline tout en respectant les méthodes et les résultats de chacun. Ils démontrent ainsi qu’une vraie collaboration entre archéologie et exégèse biblique peut produire de nouveaux résultats et fournir une reconstruction plus exacte de l’histoire de l’Israël ancien et de la formation de la Bible hébraïque.

Israël Finkelstein est un archéologue israélien. Il est directeur de l’Institut d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv et coresponsable des fouilles de Megiddo en Galilée.

Spécialiste de l’Ancien Testament, Thomas Römer occupe la chaire « Milieux bibliques » au Collège de France ; il est également professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne.

Ce contenu a été publié dans Divers, Publications par Hervé Gonzalez, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Hervé Gonzalez

ATER, chaire « Milieux Bibliques » du professeur Thomas Römer.

Doctorant en sciences des religions à l’université de Lausanne sous la direction du professeur C. Nihan. Ses recherches et publications portent principalement sur la littérature prophétique de la Bible hébraïque, notamment les textes les plus tardifs des époques perse et hellénistique. Sa thèse analyse les représentations de la guerre du livre de Zacharie (chapitres 9-14) dans le contexte de la Judée sous domination lagide (IIIe s. av. n. è.). Il a travaillé et enseigné la Bible hébraïque pendant plusieurs années dans les universités de Lausanne, Genève et Strasbourg, et a également été chercheur invité pendant un an à l’institut d’archéologie de l’université de Tel Aviv.