« Le sang : discours, rites et pratiques »

Colloque de la chaire Milieux bibliques, les 24 et 25 mai 2018 au Collège de France (amphithéâtre Margueritte de Navarre)

Les cultures du Proche-Orient ancien associent intimement le sang et la vie, ce qui confère souvent à cette substance une sacralité et des propriétés toutes particulières. Le sang joue notamment un rôle important dans divers rituels, qu’ils soient d’alliance, de purification, de consécration ou apotropaïques. Il occupe également une place importante dans des discours de différents ordres, en particulier mythologiques, légaux, guerriers ou médicaux, et inspire aussi l’usage de plusieurs métaphores. Souvent symbole de vie, le sang est également un objet de tabous. Les législations sacrificielles de la Bible ne sont à ce titre qu’un des nombreux témoignages qui attestent la richesse symbolique du sang dans le Proche-Orient ancien.

S’il existe des continuités au sein des pratiques et des représentations proche-orientales liées au sang, une étude approfondie du sujet requiert avant tout d’en explorer la diversité et de replacer ces discours, rites et pratiques au sein des différents contextes culturels qui les ont développés. En ce sens, une perspective comparatiste et interdisciplinaire, réunissant des éclairages philologiques, historiques et archéologiques sur différentes sociétés d’Asie occidentale et du monde méditerranéen, est indispensable pour une meilleure compréhension de cette donnée incontournable dans la Bible et le Proche-Orient ancien.

Programme_Colloque Sang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Études bibliques et nord-ouest sémitiques, Mondes mésopotamiens par Hervé Gonzalez, et marqué avec , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Hervé Gonzalez

ATER, chaire « Milieux Bibliques » du professeur Thomas Römer.

Doctorant en sciences des religions à l’université de Lausanne sous la direction du professeur C. Nihan. Ses recherches et publications portent principalement sur la littérature prophétique de la Bible hébraïque, notamment les textes les plus tardifs des époques perse et hellénistique. Sa thèse analyse les représentations de la guerre du livre de Zacharie (chapitres 9-14) dans le contexte de la Judée sous domination lagide (IIIe s. av. n. è.). Il a travaillé et enseigné la Bible hébraïque pendant plusieurs années dans les universités de Lausanne, Genève et Strasbourg, et a également été chercheur invité pendant un an à l’institut d’archéologie de l’université de Tel Aviv.