Migrations, réfugiés, exil : colloque de rentrée 2016 du Collège de France, les 12, 13, 14 octobre

Programme du colloque et rediffusions sur le site du Collège de Francehttp://www.college-de-france.fr/site/colloque-2016/index.htm

Depuis l’été 2015, l’afflux massif de réfugiés quittant le Moyen Orient est généralement présenté dans le débat public comme une « crise des migrants » qui mettrait à l’épreuve les défenses sécuritaires de l’Europe. On pourrait à l’inverse défendre l’idée que ce défi humanitaire place les réfugiés face à la crise de l’Europe. Elle interroge non seulement l’universalité des droits de l’homme, mais l’histoire même des rapports des sociétés aux grandes vagues migratoires qui les constituent.

C’est à les envisager dans la longue durée, et dans une perspective délibérément interdisciplinaire, que sera consacré ce colloque de rentrée du Collège de France. Volontaires ou contraints, les mouvements de population à grande échelle y seront examinés dans leur dimension historique, démographique, anthropologique, biologique, psychologique, sociologique, économique, géographique, linguistique et juridique. Au-delà du modèle diffusionniste qui eut longtemps cours dans l’archéologie des migrations, le colloque questionnera les effets des contacts entre migrants et sociétés, abordant tour à tour les notions de diaspora, de colonisation, d’asile et de refuge.

Si l’on s’attachera donc à aborder sereinement les nouveaux exodes cosmopolites dans le cadre des migrations transnationales induites par la mondialisation, on n’en abordera pas moins de front les enjeux politiques que soulève cette question aujourd’hui. Voici pourquoi le colloque s’ouvrira exceptionnellement par une table ronde rassemblant quelques acteurs européens majeurs, parmi les personnalités politiques et associatives qui, en prenant en charge aujourd’hui la situation des populations déplacées, font voir un autre regard sur l’Europe. Sans doute n’est-il pas inutile alors de rappeler, dans un lieu comme le Collège de France, combien l’Europe s’est aussi construite comme une communauté ouverte de destins et de savoirs, la figure de l’exilé nous mettant au défi de redonner sens aux valeurs philosophiques de l’hospitalité.

colloque-2016-cover

Ce contenu a été publié dans Événements, Médias par Marine Béranger. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Marine Béranger

– ATER rattachée à la chaire du Pr. Dominique Charpin (Civilisation mésopotamienne – Collège de France) ; collaboratrice du projet Archibab.

Thèse de doctorat à l’EPHE intitulée « Développement des pratiques d’écriture et de l’expression écrite : recherches sur les lettres de l’époque amorrite (2002-1595 av. J.-C.) », inscrite en novembre 2012 sous la direction de D. Charpin.

– Assistant Professor (ATER) at the Collège de France-PSL in Paris and PhD candidate at the Ecole Pratique des Hautes Etudes-PSL (France), under the supervision of Pr. Dominique Charpin. She is specialized in Mesopotamian history and epigraphy. Her researches focus on the development and popularization of the epistolary practice after the fall of the Ur III Empire (in 2002 BC), during the Amorite period (2002-1595 BC). Her areas of interest include prosopographical studies, textual linguistics and scribal training.

Description de la thèse :

– Dans la première partie de la thèse, j’observe la place de la pratique épistolaire dans la société mésopotamienne de l’époque amorrite (première moitié du IIe mil. av. J.-C), en dressant le portrait des épistoliers et les modalités de leur accès à l’écrit (étude prosopographique), ainsi qu’en analysant la manière dont l’écriture des lettres était enseignée aux élèves formés au cunéiforme. Dans la seconde partie, j’analyse et compare la quantité et la qualité de l’information formulée dans un corpus de lettres rédigées dans différentes villes à différentes dates, avec l’hypothèse que le plus grand recours aux lettres pour communiquer conduisit les expéditeurs/scribes à noter davantage d’informations par écrit et à clarifier leur formulation. Dans la troisième partie, j’utilise le corpus épistolaire pour étudier les traditions écrites présentes sur le territoire mésopotamien. Pour ce faire, je m’intéresse aux normes scripturales, c’est-à-dire au « syllabaire » des scribes et aux usages orthographiques.

– In the first part of my PhD research, I observe the place of the epistolary practice within the Mesopotamian society of the Amorite period (first half of the 2nd millennium BC), by drawing up the portrait of the letter senders, and studying how they could access to writing (prosopographical studies), and by analyzing how students in cuneiform were trained in letter writing. In the second part, I analyze and compare the quantity and quality of the information written down in a corpus of letters coming from different cities and sent on different dates (during the Amorite period), with the assumption that the greater use of letters in order to communicate could have led the senders/scribes to write down more information and develop a more precise written expression. In the third part, I use the corpus of the Old Babylonian letters in order to compare the written traditions that were present on the Mesopotamian territory during this period. To do so, I analyze the scriptural norms, that is, the « syllabary » of the scribes and the different spellings.

Divers :

  • Documents de référence pour l’encodage au format XML-TEI du corpus des lettres paléo-babyloniennes [useful materials for the TEI XML encoding of Old Babylonian letters] :
  1. Page Wiki du projet « Analyse d’un corpus akkadien » développé pour analyser un corpus de lettres paléo-babyloniennes avec le logiciel de textométrie TXM (UMR 5191 ICAR) [website page of the project untitled « Analyse d’un corpus akkadien » developed in partnership with the ICAR Research Laboratory in order to analyse a corpus of Old Babylonian letters with the TXM software]
  2. Echantillon du corpus des lettres babyloniennes (OBLCUNEIF) analysées avec TXM disponible en ligne / Sample of a Corpus of Old Babylonian Letters online : Sample of a corpus of Old Babylonian Letters – TXM project
  3. Liste recensant pour chaque signe cunéiforme paléo-babylonien son indice dans le Borger MesZL et son numéro Unicode [list of Old Babylonian cuneiform signs including their MesZL and Unicode number] (par Sylvie Vanséveren, mis à jour le 27/04/2015)