L’UMR 7192

L’originalité de l’UMR 7192 (PROCLAC : « Proche-Orient—Caucase : langues, archéologie, cultures ») est d’embrasser un territoire assez étendu  (de la Méditerranée au Caucase) dans le temps long (de la  protohistoire à nos jours). Le laboratoire pratique la pluridisciplinarité, grâce aux compétences de ses membres dans de nombreux domaines des sciences humaines et sociales : archéologie, linguistique, philologie, histoire, géographie, littérature, etc. Certains domaines ou périodes sont privilégiés, en fonction des intérêts actuels de ses membres :

• la Mésopotamie, en particulier au deuxième millénaire av. J.-C.,  aussi bien du point de vue des textes (comme  ceux des archives  royales de Mari) que de la culture matérielle ;

• le monde ouest-sémitique du premier millénaire av. J.-C., avec notamment des études sur les textes bibliques ;

• le Proche-Orient médiéval et moderne, avec en particulier des  recherches sur la géographie du monde musulman, sur l’architecture  militaire, sur la vie  culturelle (manuscrits du Coran, chroniques arméniennes) ou  diplomatique) ;

• la région du Caucase, à l’époque proto-historique puis du Moyen-Âge à nos jours, avec un accent sur l’étude des langues rares encore parlées dans la région.

L’UMR 7192 associe des membres travaillant au sein de plusieurs institutions : le Collège de France, l’École pratique des Hautes Études, le CNRS, qui sont tutelles, mais aussi diverses institutions dépendant du Ministère de la Culture (comme le Musée du Louvre ou la Bibliothèque nationale).

Le laboratoire compte actuellement 23 membres titulaires, 8 contractuels, 33 associés (émérites, retraités, membres d’autres structures en rattachement secondaire, associés étrangers), 2 administratifs et de nombreux doctorants, qui sont formés à et par la recherche grâce à une association étroite aux travaux menés dans l’UMR.

L’UMR est structurée en 4 équipes, auxquelles sont rattachés de nombreux projets financés par différentes institutions (ANR, ERC, PSL, etc.).