Cours de Dominique Charpin au Collège de France

03 MAI 2017 14h30-15h30

Reprise des cours de D. Charpin au Collège de France

« Lire et écrire en Mésopotamie à l’époque paléo-babylonienne : la correspondance »

Lieu : Amphithéâtre Marguerite de Navarre (Collège de France, site Marcelin Berthelot)

(Les cours et séminaires sont gratuits, en accès libre, sans inscription préalable)

Plus d’informations sur le site internet du Collège de France.

Du nouveau sur le site de la SEPOA

Il est désormais possible de commander et payer en ligne l’abonnement à la revue NABU et les livres édités par la SEPOA ! Pour ce faire, rendez-vous sur la Boutique en ligne du site internet. Paiements sécurisés par carte bancaire et virement (Paypal). À bientôt sur sepoa.fr !

You can now order and pay online your subscription to the journal NABU and all the books published by the SEPOA! To do so, go to our Online Store. Secure payments by credit card and bank transfer (Paypal). See you on sepoa.fr!

 

sepoa-paiement en ligne

Parution de : La vie méconnue des temples mésopotamiens

Dominique Charpin, La vie méconnue des temples mésopotamiens, Docet omnia, 1, 256 pages ; 44 Illustrations N&B
https://www.lesbelleslettres.com/livre/2897-la-vie-meconnue-des-temples-mesopotamiens

La Mésopotamie antique fait l’objet de passionnantes découvertes depuis le XIXe siècle. Berceau de notre civilisation, elle a vu naître l’écriture vers la fin du IVe millénaire av. J.-C. Les centaines de milliers de textes qui nous sont parvenus de ces époques lointaines, alliés aux témoignages archéologiques, nous font connaître un monde enchanté où tout, à divers degrés, est sacré. Chaque activité humaine implique l’intervention d’un dieu.

Dans ce contexte, les temples consacrés aux divinités ont de quoi nous surprendre. Loin d’être simplement des lieux de culte, où le clergé prenait soin des divinités présentes dans des statues, ils étaient le cadre d’activités de la vie quotidienne : les temples de Shamash, dieu de la justice, fonctionnaient comme des tribunaux ; ceux de Gula, déesse de la santé, comme des centres de cure ; ceux de Nabu, dieu de l’écriture, comme des bibliothèques ; ceux d’Ishtar, déesse de l’amour, comme des maisons de plaisir.

En un mot, retracer la vie méconnue de ces temples, c’est tenter de recouvrer celle de ces hommes d’un autre temps. Tel est l’objet de ce livre issu de l’enseignement de Dominique Charpin au Collège de France.
Continuer la lecture