A propos Hervé Gonzalez

[ rf.ec1508476662narf-1508476662ed-eg1508476662elloc1508476662@zela1508476662znog.1508476662evreh1508476662 ]
https://college-de-france.academia.edu/Herv%C3%A9Gonzalez

ATER, chaire « Milieux Bibliques » du professeur Thomas Römer.

Doctorant en sciences des religions à l’université de Lausanne sous la direction du professeur C. Nihan. Ses recherches et publications portent principalement sur la littérature prophétique de la Bible hébraïque, notamment les textes les plus tardifs des époques perse et hellénistique. Sa thèse analyse les représentations de la guerre du livre de Zacharie (chapitres 9-14) dans le contexte de la Judée sous domination lagide (IIIe s. av. n. è.). Il a travaillé et enseigné la Bible hébraïque pendant plusieurs années dans les universités de Lausanne, Genève et Strasbourg, et a également été chercheur invité pendant un an à l’institut d’archéologie de l’université de Tel Aviv.

Conférence du Professeur Christian FREVEL (Université de la Ruhr à Bochum)

M. Christian FREVEL

Professeur à la Faculté catholique de Théologie de l’Université de la Ruhr à Bochum (Allemagne)

invité par l’Assemblée des professeurs du Collège de France, sur la proposition du professeur Thomas Römer, titulaire de la chaire «Milieux bibliques», donnera une conférence sur le sujet suivant :

BROKEN FAITH AND THE DISCOVERY OF THEOLOGY – SOME INSIGHTS IN REASONING WITHIN THE BOOK OF LAMENTATIONS (Foi brisée et la découverte de la théologie – quelques aperçus sur le raisonnement dans le livre des Lamentations de Jérémie)

Cette conférence aura lieu au Collège de France (11, place Marcelin-Berthelot, Paris 5e), le mercredi 22 février 2017, à 17 heures, amphithéâtre Guillaume Budé.

Workshop « The Assyrian–Levant Experience: Postcolonial perspectives »

Interdisciplinary Workshop, Collège de France, 24–25 February

In recent years, scholars of ancient empires have turned their attention to the application of postcolonial theories, which insist on local agency, the multi-vocality of evidence, and power distribution. Not restricted to an actual post-colonial (“liberated”) situation, the field of postcolonialism investigates colonialism’s discourses, power structures, and social hierarchies; emphasizes liminalities and views cultural borders and their constant reorganization as fundamental in colonial interactions. Through these colonial interactions, social structures and identities are formed and altered. Scholars have proposed various models in their attempts to address the complex nature of the colonial experience and its transcultural character. Time and again, the common denominator among these models has shown itself to be the search for dialogues among the various groups—dialogues that primarily occurred through individual “agents.”

Accordingly, this workshop aims to draw together studies of the colonial interactions in given geographical niches, within a given time frame, and by employing a range of scholarly methods. The chosen case study is the interaction between the indigenous population of the Levant and the Assyrian state and its agents during the 9th—7th centuries BCE. The intrusive Assyrian activity in the Levant and its consequent hegemony was a transformative force that intensified and eventually terminated processes of social differentiation, state formation, and the creation of regional identities that had begun to form in the late second millennium BCE. Implemented across several phases, a superregional network enabled Assyrian control over extensive territories and restricted the sovereign rights of subservient local peoples. The Assyrian domination expanded, through force, incorporating smaller entities and transforming them into a single, hegemonic “Land of Assyria.” This imperial core crafted a dense network of topographical corridors, secured by hubs throughout the Levant, hosted by imperial agents alongside settlers from the imperial core, and displaced groups. These intrusive groups interacted with surrounding social groups through a range of political considerations, economic goals, and the cultural setting of the local population.

We anticipate that an interdisciplinary meeting of archaeologists, biblical scholars, and Assyriologists, using a varied range of theories, methods and sources, will burst forth into a dynamic fruitful discussion of the complexity of the “Assyrian experience” in the Levant.

We would direct our discussion at investigating the possibilities of such an approach while addressing the following topics related to the imperialindigenous interaction:

  • The image of the colonial forces in the mind of the indigenous individuals and groups;
  • Power distribution: patrimonial relations, networks of interactions, institutions, administrative system;
  • The location of interactions: Assyrian capitals, local centers, scribe schools, trade networks, Assyrian centers along the coast, the imagination of the scribe, etc.;
  • Character of interactions: contact, encounters, continuous exposure;
  • Agency: who interacts with whom? Elite, administrators, soldiers, subalterns vs. dominators, exiled groups, craftsmen, priests, etc.;
  • Transfer of knowledge and appropriation of « foreign » ideas and practices;
  • Actual post-colonial situation: what is remembered, why, and how?;
  • Imperial preconceptions in modern scholarship: the connection between scholarly interpretation and the evolving preconception of empires in the modern mind.

Workshop location: Fondation Hugot du Collège de France, 11 Rue de l’Université, 75007 Paris

For further information please contact li.ca1508476662.uat.1508476662tsop@1508476662hcoko1508476662di1508476662

WORKSHOP PROGRAM

Friday, February 24th

  • 11:00 Introduction: Postcolonizing Assyria and the Levant, Ido Koch (Tel Aviv University) and Thomas Römer (Collège de France)
  • 12:00 The Levant and Assyria: The Assyrian Royal Inscription Perspective, Lionel Marti (CNRS)
  • 13:00 Lunch break
  • 15:15 The Aramaeans and the Assyrians: Some Aspects of Differentiation, Comparison and Interaction, Christian Frevel (Ruhr-Universität Bochum)
  • 16:15 Double Assimilation in Sam’al? Local Elites between Home and Empire, Virginia Herrmann (University of Tübingen)

Saturday, February 25th

  • 10:00 Revenge of the Conquered: Paths of Resistance in the Assyrian City of Dan, Yifat Thareani (Hebrew Union College, Jerusalem)
  • 11:00 Jerusalem and Assyria in the 7th Century BCE: Imperial Concepts and Landscape Planning, Yuval Gadot (Tel Aviv University)
  • 12:00 Lunch break
  • 13:30 The Colonial Experience—Food and Animal Economy under Assyrian Domination, Lidar Sapir-Hen (Tel Aviv University)
  • 14:30 “Woe to the Bloody City” (Nah 3:1). The Image of Assyria in the Book of Nahum and Its Early Reception History, Jakob Wöhrle (Universität Oldenburg)
  • 15:30 Coffee break
  • 15:45 Concluding remarks and final discussion

Nouvelle parution de Thomas Römer : Les 100 mots de la Bible

Thomas Römer

Les 100 mots de la Bible, Que sais-je ? 4057, Paris : Presses Universitaires de France, 2016.

128 pages, broché.

La Bible hébraïque, que les chrétiens appellent « Ancien Testament », n’est pas tombée du ciel. Fruit d’une longue maturation, complexe mais passionnante, elle soulève bien des questions et n’est pas toujours très facile d’accès.
S’agit-il d’un livre d’histoire ou de mythologie ? Est-elle vraiment monothéiste ? Ne légitimerait-elle pas la violence ? Condamne-t-elle l’homosexualité ? Pourquoi le judaïsme interdit-il de prononcer le nom de Yhwh ? D’où vient l’idée de peuple élu ?
En analysant la Bible comme n’importe quel texte, Thomas Römer donne des clés pour comprendre un livre pas comme les autres, au fondement des trois grands monothéismes.

Thomas Römer est professeur de la chaire « Milieux bibliques » au Collège de
France et professeur de Bible hébraïque à l’Université de Lausanne.

https://www.puf.com/content/Les_100_mots_de_la_Bible

Colloque de la chaire Milieux Bibliques du Collège de France : Oral et écrit dans l’Antiquité orientale

Colloque organisé par Thomas Römer et Hervé Gonzalez

Oral et écrit dans l’Antiquité orientale : les processus de rédaction et d’édition, les 26 et 27 mai 2016 à l’amphithéâtre Marguerite de Navarre du Collège de France, 11 place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris.

Vidéos des communications

Problématique du colloque

La littérature de l’Antiquité orientale se présente comme une littérature de tradition dont la composition et la transmission résultent de processus complexes, à la fois oraux et écrits. Dans les études bibliques, alors que le début du XXe s. a été marqué par la recherche des traditions orales contenues dans les textes, de nombreux travaux récents, en lien notamment avec l’étude des manuscrits de Qûmran, se sont intéressés à la dimension scribale des textes afin de reconstruire les milieux et les pratiques de leurs scribes porteurs. Le développement et la transmission des traditions littéraires sont bien attestés en Mésopotamie, où plusieurs exemplaires de textes classiques, comme l’épopée de Gilgamesh, ont été mis à jour, séparés parfois par un écart de plusieurs siècles. Différents travaux ont souligné que des processus oraux sont également en jeu dans la transmission écrite et la transformation de ces traditions.

S’il existe un lien complexe entre oralité et écriture dans l’Antiquité orientale, celui-ci est expliqué de différentes manières dans la recherche, en fonction des genres littéraires des textes, de leurs contextes, et aussi des modèles théoriques que les chercheurs emploient pour comprendre le développement de la littérature ancienne. Faut-il par exemple penser à une évolution progressive allant de l’oral à l’écrit dans l’Antiquité ? D’autres modèles ont également été proposés, envisageant la cohabitation voire l’imbrication des deux dimensions, p. ex. au travers de la mémorisation, la récitation ou la lecture des traditions mises par écrit. Comment et dans quelle mesure l’oralité joue-t-elle un rôle dans les processus de rédaction et d’édition des textes ? Est-il encore possible d’identifier des traditions ou des pratiques orales à l’arrière plan des textes ? Existe-t-il des compositions uniquement scribales ? Peut-on identifier de manière précise les contextes sociaux des scribes impliqués (palais, temple…) ? Dans la perspective comparatiste qui le caractérise, ce colloque explorera les différentes modalités de l’articulation ente l’oral et l’écrit dans l’Antiquité orientale élargie, ainsi que ses implications pour une compréhension historique des textes.

Programme du colloque

Jeudi 26 mai, matinée

9h00 Ouverture du colloque : Thomas Römer

Présidence : Thomas Römer

9h15 Jean-Marie Durand (Collège de France, UMR 7192) : De l’écrit à l’oral dans le Moyen-Euphrate à l’âge du Bronze

9h45 Michaël Guichard (Ecole Pratique des Hautes Etudes, UMR 7192) : La circulation des formules magiques dans le Proche-Orient antique : le cas des incantations inédites de Mari

10h15 Herbert Niehr (Université de Tübingen) : Les messages d’outre-tombe en Syrie entre oralité et écriture

Pause

Présidence : Michaël Guichard

11h15 Nicolas Grimal (Collège de France, UMR 8152) : Le signe et la trace

11h45 Benjamin Sass (Université de Tel Aviv) : La chancellerie sous les Omrides

12h15 André Lemaire (Ecole Pratique des Hautes Etudes, UMR 7192) : Scribe royal et passage de l’oral à l’écrit : les cycles d’Élie et d’Elisée

Jeudi 26 mai, après-midi 

Présidence : Nele Ziegler

14h15 Lionel Marti (CNRS, UMR 7192) : Dire, écrire, transmettre : les processus d’édition des inscriptions royales assyriennes

14h45 Dominique Charpin (Collège de France, UMR 7192) : De l’histoire à la légende : le cas des rois d’Akkad

15h15 Stefan Maul (Université de Heidelberg) : Réflexions sur la transmission de l’épopée de Gilgamesh

Pause

Présidence : David Hamidovic

16h15 Jean Kellens (Collège de France) : Qui était en charge de l’oralité mazdéenne ?

16h45 Hervé Gonzalez (Collège de France, UMR 7192) : Des oracles à la littérature prophétique

17h15 Thomas Römer (Collège de France, UMR 7192) : Les origines de la Torah orale dans le Pentateuque

Vendredi 27 mai, matinée

N.B. : Les conférences en anglais bénéficieront d’une traduction simultanée par audiophones

Présidence : Dominique Charpin

9h30 Paul Delnero (Université John Hopkins de Baltimore) : Texts Before Texts: The Role of Orality and Memory in the Transmission of Sumerian Ritual Laments / Des textes avant les textes. Le rôle de l’oralité et de la mémoire dans la transmission des lamentations rituelles sumériennes

10h00 Dominique Jaillard (Université de Genève) : Oralités et écritures dans le monde des cités grecques. Savoirs et pratiques 

10h30 David Carr (Union Theological Seminary de New York) : Dynamics of Scribal Memorization and Revision at the Beginning of the Bible: The Case of Genesis 1-5 / La dynamique de mémorisation scribale et et la révision du début de la Bible. Le cas de Genèse 1-5 

Pause

Présidence : André Lemaire

11h30 Jean-Louis Ska (Institut Biblique Pontifical de Rome) : Les théories sur la tradition orale de la fin du 19ème siècle jusqu’à aujourd’hui

12h00 Jaeyoung Jeon (Université de Lausanne) : Orality in Redaction? Some Cases in the Pentateuch / De l’oralité dans les rédactions ? Quelques cas tirés du Pentateuque

12h30 Diana Edelman (Université de Oslo) : How Starting Assumptions Affect Results: The Story of David’s Slaying of Goliath (1 Samuel 17; 2 Samuel 21:19) Interpreted in Terms of Orality, Scribalism, and Cultural Memory / L’influence des présupposés sur les résultats. L’histoire de David et Goliath (1 Samuel 17 ; 2 Samuel 21,19) lue sous les prismes de l’oralité, de la scribalité et de la mémoire culturelle

Vendredi 27 mai, après-midi

Présidence : Jean-Marie Durand

14h30 Jan Rückl (Université Charles de Prague) : Oral et écrit dans la transmission du texte des livres de Samuel et Rois

15h00 David Hamidovic (Université de Lausanne) : L’oralité dans l’édition et les rééditions de la Règle de la Communauté à Qumrân 

15h30 François Déroche (Collège de France, UMR 7192) : L’impossible stemma coranique

16h00 Discussion et clôture du colloque

 

 

Nouvelle parution de Thomas Römer et Loyse Bonjour : L’homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible

Thomas Römer et Loyse Bonjour

L’homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible, Essais Bibliques 37, Genève : Labor et Fides, 2016, 2ème éd. mise à jour (1ère éd. 2005).

144 pages, broché

L’homosexualité est aujourd’hui un des grands thèmes de société. Le débat s’inscrit aussi dans le cadre des Eglises, et lorsque les chrétiens abordent ce thème, l’argument biblique joue un rôle décisif. Or, ce recours à la Bible est une affaire hautement piégée, car bien souvent on cite les Écritures pour légitimer sa propre position sur la question. Au-delà des lectures apologétiques qui ont trop souvent réduit les textes bibliques au rôle d’arguments justifiant ou condamnant
l’homosexualité, cette nouvelle édition, remaniée et actualisée, propose un parcours historique et informatif dans le monde du Proche-Orient ancien et de la Bible, à la recherche de la conception que ces sociétés avaient des relations amoureuses et sexuelles entre deux personnes du même sexe et du statut qu’elles leur accordaient.

Thomas Römer est professeur de la chaire « Milieux bibliques » au Collège de
France et professeur de Bible hébraïque à l’Université de Lausanne.
Loyse Bonjour, théologienne, travaille pour l’International Rescue Committee à
New York.

http://www.laboretfides.com/?page_id=3&product_id=500055